PRIX IMPRESSION PHOTOGRAPHIQUE

17 avril —
18 mai 2015

PRIX IMPRESSION
PHOTOGRAPHIQUE

Expositon hors les murs
Boutique du FRAC les Bains du Nord
17 avril — 18 mai 2015

> Charlotte El Moussaed <

Née en 1987,
vit et travaille à Paris.

Dans la même logique que le dispositif de production de multiples d’artistes récemment mis en place, Les Ateliers Vortex ont proposé cette année une bourse de production photographique destinée à soutenir la jeune création contemporaine.

Cette démarche, soutenue par la Région Bourgogne dans le cadre de sa politique de soutien aux arts plastiques, porte un regard particulièrement attentif sur la valorisation de jeunes artistes et plus particulièrement en matière de création photographique contemporaine.

Suite à un appel à projet, l’artiste lauréate Charlotte El Moussaed a reçu une bourse de production dotée par le conseil régional de Bourgogne lui permettant de réaliser deux tirages photographiques (un exemplaire d’artiste numéroté et signé et un exemplaire d’exposition pour Les Ateliers Vortex destiné à une présentation et diffusion).

Le prix a été remis lors de l’exposition de la photographie à la boutique des Bains du Nord au FRAC Bourgogne à Dijon au mois d’avril.

> www.charlotteelmoussaed.com <

La pratique photographique de Charlotte El Moussaed est scandée par un petit nombre de sujets qu’elle explore de manière quasi-obsessionnelle, se rangeant en cela à l’avis de l’Umberto Eco des Confessions d’un jeune romancier, qui soulignait la vertu de la «définition par liste de propriétés contre la définition par essence». De la sérialité érigée en système à la conclusion qu’il s’agirait là d’une tentative de ressaisir les apparences fluctuantes des choses et des êtres dont elle fait le portrait, il n’y a qu’un pas; un pas qu’il faut bien se garder de franchir. Car les relevés qu’elle dresse sont loin d’être linéaires: chez Charlotte El Moussaed, le relativisme est exclu; tout ne se vaut pas, et c’est précisément ce qu’il importe de donner à voir. L’irruption de la couleur traitée en aplats, l’objet qui fait retour par l’attention portée au socle ou encore la hiérarchisation des images par la mise en relief de certaines parties au moyen du châssis creusent l’écart avec l’esthétique deadpan de l’école de Düsseldorf dont on retrouve certains échos formels. 
Centrale à son travail, la série Totem et tabou, présentée lors de son diplôme et qu’elle continue à augmenter aujourd’hui, précise la conception élargie du portrait qui est la sienne: à la manière de clichés d’acteurs sur fond d’incrustation sont photographiés divers objets du quotidien, qui se détachent sur un paysage projeté provenant de diapositives glanées au hasard des marchés aux puces. Une manière d’en appeler autant à l’interprétation associative libre que d’animer ces objets, loin d’être «sans qualité [1]» d’une énergie mythique: totémique, résolument.

— Ingrid Luquet-Gad

[1]
Robert Musil,
L’Homme sans qualités,
1930-1932

Photographies:
© Charlotte El Moussaed, 2015

TAKE SHELTER

12 mars —
5 mai 2015

TAKE SHELTER

Exposition hors les murs
Association Bourguignonne Culturelle
12 mars — 5 mai 2015

L’exposition «Take Shelter»
s’inscrit dans le cadre
d’une collaboration avec la structure
culturelle l’ABC à Dijon.

> Marion Lemaître <

Née en 1988,
vit et travaille à Dijon.

Marion Lemaître est une artiste française née en 1988. Elle obtient son diplôme supérieur d’art plastique avec les félicitations à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon en juin 2014. Son travail se déploie par le dessin, la sculpture ainsi que par la photographie. Celui-ci vise à constituer les pans d’un monde interstitiel formé de fissures routières et de collines antiatomiques où germent des installations anguleuses énigmatiques. Elle questionne par ces constructions métamorphosées la mise en place de systèmes, jaugeant les anxiétés de nos sociétés. La notion de territoire guide sa manière de reconstruire des infrastructures de songe aux représentations très plausibles. Marion Lemaître nous fournit des pistes miniaturisées pour une évasion mentale et poétique.

Son travail se comprend dans la réappropriation d’un répertoire de formes liées aux dispositifs fonctionnels et avérés de la survie, de la protection par le béton. Ses dessins témoignent de l’envie de planifier via cartographies et vues de masses le fonctionnement d’abris antiatomiques inédits parmi une géographie émergente. Ils incluent également une représentation de systèmes utopiques dévoilés sous vues de coupe. Son trait au noir précis organise la rencontre entre architectures planes et sobres avec des condensés minéraux complexes que peut caractériser la montagne ou la rivière. Les sinuosités d’une érosion de terrain se mêlent à la tempérance des lignes de la machine souterraine, appliquée à sa fonction mystérieuse et silencieuse. Les œuvres dont il est question construisent des issues palliatives face à la dérive extérieure, composant un nouvel alphabet de chimères mécaniques d’acier et de roche. Ces formations naturelles-rationnelles construisent un territoire neuf, des continents organiques introspectifs.

Marion Lemaître s’intéresse à planifier une architecture en léger décalage, rendue invisible par ses projections souterraines. Ces abris antiatomiques personnels réinventent, non sans un certain humour, un mode de repli hyperbolique pour parer à la catastrophe terrestre qui s’annonce. Son dessin trace la frontière du réel et de l’inexploré, crée une topographie irréelle serpentée de réseaux de routes schématisées, parcellée de satellites bétonnés en rupture d’échelle. Le rapport au sol de ses pièces se juge à leur éloignement perceptible. L’artiste se sert de l’abri, du «shelter», comme un réservoir à possibilités, comme point de départ à scénarii proches de la science fiction afin de visualiser le comportement du repli chez l’Homme. S’inspirant notamment du roman La nuit des temps écrit par Barjavel en 1968, Marion Lemaître conçoit les plans fondamentaux d’un monde sous terre en parfaite autonomie à l’abri des regards nucléaires extérieurs. La protection prend alors le chemin de l’isolation, de l’autarcie qui revêt le graphisme esthétique de l’efficacité pulsée à base d’énergie volcanique centrifugée. Ce projet insensé de tombeau de défense nous fait prendre conscience des dérives de la crainte matérialisée et de son ampleur hallucinatoire. L’artiste nous invite à parcourir les tréfonds de la tectonique des plaques pour un voyage sensible au cœur de paysages inversés. Son œuvre dévoile la carte de lieux secrets dissimulés entre les lignes de notre monde tangible. Dès lors, nous pouvons nous y projeter, nous y réfugier.

— Romain Doidy

Le passeur
Polystyrène, béton et zinc
140 x 160 x 220 cm
2015

Monolithe de béton déraciné, Le passeur prend des airs d’abri antiatomique exigu. Échoué sur le flanc, comme recraché par le tumulte des flots après une tempête; qui peut dire si la vie au dehors bat encore? Comme une sépulture égyptienne est conçue pour la vie éternelle de ses occupants, l’abri-refuge garantit la survie éternelle, la passage d’un état à un autre sans altération des contenus.

Constellation I, II et III
3 dessins extraits de la série Constellations
50 x 70 cm
2014

Les constellations font état de géographies utopiques pouvant faire référence à Stalker de Tarkovsy, La Belle et la bête de Cocteau ou tout droit sorties de nulle part. Il s’agit de mettre en avant les systèmes qui régissent ces lieux imaginaires. Plus que du lieu à atteindre, il est question du ou des chemins à emprunter pour s’y rendre. Le centre de ces ensembles est immaculé, laissé vierge afin que chacun puisse s’y projeter, s’y réfugier.

Gondawa I
Dessin
87 x 90 cm
2014

Gondawa dans l’œuvre de Barjavel est une ville souterraine. Gondawa I c’est une structure de repli pour une civilisation en sursis, c’est un vase clos, un peuple qui se referme sur et sous lui-même ne laissant comme seul moyen d’accès qu’un puits étroit prêt à se refermer. C’est une architecture totale impalpable, un abri antiatomique devenu tombeau d’une population entière.

L’énergie universelle
Dessin
75 x 105 cm
2014

Il se mêle dans ce dessin, volcan et réacteur nucléaire, deux vecteurs d’énergies hors normes. La fission nucléaire du réacteur donne naissance au magma en fusion du volcan. L’ensemble est représenté dans une perspective vue en coupe afin de pouvoir observer le cœur du processus, de la formation de l’énergie brute à la propulsion du magma à travers la croûte terrestre, à la manière d’un plan technique.

Photographies:
© Les Ateliers Vortex, 2015

LES DÉPOSSÉDÉS

27 mars —
9 avril 2015

LES DÉPOSSÉDÉS

Exposition
27 mars — 9 avril 2015

> Nicolas Boone <

Né en 1978,
vit et travaille à Paris.

Diplômé des beaux-arts de Paris en 2001, Nicolas Boone est vidéaste; de ceux qui transforment l’image en poésie névrosée et surréaliste. Ces vidéos explorent un monde où la mort serait un lointain souvenir, dans un parfum d’apocalypse post-société de l’information.

L’artiste, présent dans de nombreux festivals vidéos à l’international (films et court métrages) a fait l’objet de nombreux prix en 2014 et encore récemment avec le prix CNAP à la suite de son exposition aux Ateliers Vortex (Prix remis à un réalisateur français ou étranger pour un film de la Compétition Française et de la Compétition Premier film).

> www.nicolasboone.net <

Nicolas Boone est de ceux qui réinventent le monde en images. Et son monde à lui est très particulier.

Sorte de paysage embarqué ici de corps désorientés, là de cerveaux dépossédés ou ailleurs de géographies irritées. Tout se passe comme si rien ne s’était déroulé, comme si nous rejouions la boucle, mais quelle boucle? Ici tout est simple, une seule et même matrice pour tous, celle d’un constat, celui de la catastrophe de l’uniformisation de nos esprits et vos corps en cette machine puissante de l’internet qui annihile chacune de nos marches et l’ensemble de vos membres.

L’interface se déploie en une sorte de rhizome qui nous rappelle à nos empreintes digitales, à nos amours de silicium, à mille écrans, mille visages, mille et une connexions. Et ailleurs, juste aux abords de ces appels silencieux et de ces gestes inversés, se livre un paysage supplémentaire, sorte de hors-champ libre et dénudé.

Que s’y déroule t-il? Que s’est-il passé? Qui y habite? Qui est-il?

Évidemment, nous ne l’apprendrons jamais, car les 4 chapitres des «
Dépossédés se partagent cette zone aux allures spectrales, et ceci en toute discrétion, sous notre surface pré-programmée à présent devenue lisse. Nous ne pouvons qu’imaginer une suite de 0 et de 1 détruire nos fichiers résiduels, inverser le ressac de nos flux, supprimer la blessure la plus rapprochée du soleil. Des mathématiques sans chiffre, nous dit-il.

Chapitre 4

Pattern
Nicolas Boone
Vidéo
6min 46s
Images Marianne Tardieu et Ernesto Giolitti
Prises de vues Steadicam John Morrison
2012

Il parle de corps nus, de corps désorientés, de ceux qui ne sont plus que des fantômes. Je vois une femme qui embrasse un homme mais je me trompe, elle l’aspire, elle suce sa substance, elle suce ses mots, ses pages et désirs. Puis, elle le quitte. Je vois des hommes qui dansent et d’autres qui relancent quelques corps éteints. Et puis, il y a ces deux corps allongés que les femmes continuent d’aspirer. Tout semble très calculé. Il fait froid dans cette cave biologique version boîte de nuit. Je regarde les écrans connectés, les femmes transférées, j’écoute cette suite bio-mécanique musicale et j’ai peur. Peur que le soleil reste immobile, peur de me faire séquencer ainsi, gazer, éjecter de ce paysage unifié qui est le mien. Cette plage similaire sur laquelle je demeure étendue là des nuits entières à contempler mon double gémellaire. Un monde sans soleil.

Chapitre 2

Nicolas Boone
La fin de la mort
Vidéo
13min 45s
Scénario Jean Paul Jody et Nicolas Boone
Images Marianne Tardieu et Ernesto Giolitti
2012

Il dit que nous sommes devenus immortels. Après 9 minutes et 59 secondes de paroles programmées, l’homme noir vacille, il le sent, ses yeux se transforment en billes blanches. Son corps s’envoûte sous le silence des mots aspirés. Il dit de nos consciences qu’elles sont dépouillées, puis téléchargées. L’homme noir vacillera une seconde fois à 12 minutes et 17 secondes. Il dit qu’elles sont déjà dans nos corps, sous la peau et en tout ce qui nous entoure. Il dit que tout est falsifié, les océans aussi, les paysages des murs de briques, les champs de haricots, les ruelles de sable rouge, les caves boîtes de nuits, les rivages, les paysages. L’homme noir est un prédicateur.

— Agnès de Cayeux

> Télécharger le communiqué de presse <

Photographies:
© Cécilia Philippe, 2015

LES HORTENSIAS SE DÉCIDENT POUR LE BLEU

10 — 26
octobre 2014

LES HORTENSIAS SE DÉCIDENT
POUR LE BLEU

Exposition
10 — 26 Octobre 2014

> Cécile Maulini <

Née en 1977,
vit et travaille à Dijon.

Les peintures réalisées par Cécile Maulini (diplômée en 2002 de l’École Nationale Supérieure d’Arts de Bourges) se composent souvent de la naissance inopinée d’une image dans une forme, d’un découpage comme mode d’accès à un monde imaginaire. Cécile Maulini prélève et réactive des motifs de différents univers: papiers peints, tissus, vieilles cartes postales, et peintures anciennes telles que des compositions florales du XVIIe. Elle conçoit sa peinture comme un collage en découpant, réorganisant, assemblant ces motifs. C’est ensuite que la couleur intervient. Le chevalier et la fleur sont des figures récurrentes dans ses peintures. Il se créé entre l’image du chevalier et celle de la fleur une étrange histoire rythmée par les chevauchées.

> Télécharger le communiqué de presse <

Photographies:
© Cécilia Philippe, 2014

DIGRÂCE 2

6 — 20
septembre 2014

DISGRÂCE 2
UN ÉLOGE DES ÉQUILIBRES

Exposition
6 — 20 Septembre 2014

> Pierre Beloüin & P. Nicolas Ledoux <
> Hugo Capron <
> Franck Charlet <
> Pierre Dumonthier <
> Sammy Engramer <
> Lydie Jean-Dit-Pannel <
> Frédéric Lecomte <
> Éric Levieux <
> Miller Levy <
> Ingrid Luche <
> Agnès Rosse <
> Émilie Saccoccio <

Depuis deux ans, la Revue Laura et Les Ateliers Vortex ont mis en place un partenariat qui permet de réaliser des expositions en simultané dans différents lieux et de tisser un réseau national avec d’autres structures partenaires comme la galerie Metaxu de Toulon, Le Générateur à Gentilly… Cette exposition est le deuxième volet présenté aux Ateliers Vortex.

Disgrâce aux Ateliers Vortex est encore une expérience de l’ombre. Elle possède des caractéristiques propres: c’est un crépuscule de la présence. Présence tout d’abord dissimulée, opacifiée, séparée par le rideau d’Ingrid Luche. Elle propose un élément de scénographie dans l’espace des Ateliers pour tromper le regard en fermant une partie de la perspective. Pierre Dumonthier peint des drapés issus des tableaux classiques français. À l’aérographe, il reproduit en rendant fantomatique ce qui sert le volume et l’espace chez Fragonard par exemple. L’aspect Pop et Kitch nous entraine dans la sensibilité de l’évanescent customisé. Entre carrosserie gros cubes et affiches de graphistes 70-80’s façon Guy Peelaert (pochette Dimond Dogs de David Bowie, affiche de L’argent de Bresson ou de Paris, Texas de Wim Wenders…), l’histoire de l’art est une présence sans hiérarchie académique. Cette tonalité 80’s est aussi une présence mélancolique, celle d’un passé révolu bien qu’encore assez proche par P. Nicolas Ledoux et Pierre Beloüin. Vidéo et statement Wall drawing nous plonge dans une atmosphère batcave et coldwave.

Présence d’une scène NYaise et Londonienne où les murs parlent aux musiciens, où les boites de nuit underground expérimentent sonorités et graphismes. Les photographies des rituels vaudous en Louisiane produisent une présence énigmatique et sacrée. Éric levieux expose notamment le portrait d’un roi vaudou qui manifeste la puissance magique de la présence. C’est aussi la présence du discours en tension avec les lover banquet de Sammy Engramer. Reprenant un séminaire de Jacques Lacan en 1956, il joue sur la représentation signifiant / signifié au sens littéral… en érotisant l’objet, il tronque la perception pour passer de la métaphore psychanalytique au fétichisme de l’objet. De la même façon, en donnant à un rottweiler un sextoy à ronger, Lydie Jean-Dit-Pannel renverse la proposition initiale: l’animal grogne et gémit de rage en détruisant un objet de plus-de-plaisir. La disgrâce est bien là, elle est présence de la violence, provocation où la luxure et la jouissance rencontre bestialité et instinct.

— Jérôme Diacre et Frédéric Lecomte, commissaires de l’exposition.

www.pnicolasledoux.fr
sammy.engramer.free.fr
ljdpalive.blogspot.fr
www.frederic-lecomte.com
ericlevieux.com
www.millerlevy.com
www.ingridluche.com
www.agnesrosse.com

>Télécharger le communiqué de presse<

Photographies:
© Éric Levieux, 2014

DOUBLE FOND

6 juin —
4 septembre 2014

DOUBLE FOND

Exposition hors les murs
Château de Châteauneuf-en-Auxois
6 juin — 4 septembre 2014

> Lisbeth Løvbak Berg <
> Jean-baptiste Bonhomme <
> Charline Cabaret <
> Atelier Tout va bien <
> Clarisse Dubus <
> Aurélie Lanoiselée <
> Nicolas Lebeault <
> Aurore-Caroline Marty & Nicolas Rouah <
> Cécilia Philippe <
> Annabelle Poccard <
> Anthony Poujoux <
> Violaine Truchetet <

Les Ateliers Vortex ont souhaité mettre à l’honneur des jeunes designers locaux diplômés, pour la plupart, de l’ENSA Dijon. L’exposition invite le spectateur à s’interroger sur la notion de prototype et rend visible la pratique de l’atelier au moment où l’objet prend sa forme première. Pendant un mois, Les Ateliers Vortex ont mis à disposition leurs outils de production au service de jeunes designers pour la réalisation et la production des pièces présentés.

L’exposition «Double Fond» investit différents territoires du design: graphisme, production d’objets, mobilier, stylisme et design culinaire.

Cette exposition fut visible aux Ateliers Vortex en Avril 2014; Les Ateliers Vortex ont été invité par le conseil régional de Bourgogne à présenter cette exposition dans un lieu inédit, le château de Châteauneuf-en-Auxois. Cette expérience a permis de valoriser les réalisations de jeunes designers bourguignons et d’offrir au plus grand nombre une visibilité des différents territoires du design. Les visiteurs ont ainsi pu découvrir du design contemporain confronté au patrimoine. Pour cette exposition, Les Ateliers Vortex a proposé à Arcade Design à la campagne de présenter une jeune designer de mode, Aurélie Lanoiselée.

llbfashion.com
www.ateliertoutvabien.com
www.zerotohero.fr/clarisse
aurorecarolinemarty.com
nicolasrouah.wordpress.com
www.zerotohero.fr/violaine

>Télécharger le communiqué de presse<

Photographies:
© Philippe Maupetit, 2014

DOUBLE FOND

4 — 20
avril 2014

DOUBLE FOND

Exposition
4 — 20 avril 2014

> Lisbeth Løvbak Berg <
> Jean-baptiste Bonhomme <
> Charline Cabaret <
> Atelier Tout va bien <
> Clarisse Dubus <
> Aurélie Lanoiselée <
> Nicolas Lebeault <
> Aurore-Caroline Marty & Nicolas Rouah <
> Cécilia Philippe <
> Annabelle Poccard <
> Anthony Poujoux <
> Violaine Truchetet <

Les Ateliers Vortex ont souhaité mettre à l’honneur des jeunes designers locaux diplômés, pour la plupart, de l’ENSA Dijon. L’exposition invite le spectateur à s’interroger sur la notion de prototype et rend visible la pratique de l’atelier au moment où l’objet prend sa forme première. Pendant un mois, Les Ateliers Vortex ont mis à disposition leurs outils de production au service de jeunes designers pour la réalisation et la production des pièces présentés.

L’exposition «Double Fond» investit différents territoires du design: graphisme, production d’objets, mobilier, stylisme et design culinaire.

Cette exposition fut visible aux Ateliers Vortex en Avril 2014; Les Ateliers Vortex ont été invité par le conseil régional de Bourgogne à présenter cette exposition dans un lieu inédit, le château de Châteauneuf-en-Auxois. Cette expérience a permis de valoriser les réalisations de jeunes designers bourguignons et d’offrir au plus grand nombre une visibilité des différents territoires du design. Les visiteurs ont ainsi pu découvrir du design contemporain confronté au patrimoine. Pour cette exposition, Les Ateliers Vortex a proposé à Arcade Design à la campagne de présenter une jeune designer de mode, Aurélie Lanoiselée.

>www.llbfashion.com<
>www.ateliertoutvabien.com<
>www.zerotohero.fr/clarisse<
>www.aurorecarolinemarty.com<
>www.nicolasrouah.wordpress.com<

>Télécharger le communiqué de presse<

Photographies:
© Cécilia Philippe, 2014

PRIX JEUNES TALENTS

4 — 11
novembre 2013

JEUNES TALENTS

Exposition
4 — 11 novembre 2013

> Édith Basseville <
> Charline Cabaret <
> Cie du Coléoptère <
> Vincent Carlier <
> Thomas Fontaine <
> Ulysse Lacoste <
> Julie Lardrot <
> Fiona Lindron <
> Romain Moretto <
> Julien Munschi <
> Emma Perrochon & Fred Sanchez <
> Pierre Ravelle-Chapuis <
> Vincent Regnard <
> Annelise Ragno <
> Élodie Régnier <

Existant sur le territoire de la Côte d’Or depuis plusieurs années, le prix Jeunes Talents est un dispositif de dotation de bourse de production à la jeune création par le Conseil Départemental. Cette bourse n’incluant pas de modalités de diffusion et de monstration, le Conseil Départemental a sollicité Les Ateliers Vortex pour élaborer une scénographie d’exposition sur son plateau de 120m² afin de réunir et montrer les travaux d’artistes ayant bénéficié de l’aide entre 2009 et 2012. L’exposition collective qui en résulte permet un regard rétrospectif sur la diversité des médiums investis et des expérimentations artistiques menées à bien grâce à cette bourse.

>www.edithbasseville.com<
>www.cieducoleoptere.com<
>www.vincentcarlier.fr<
>www.ulysselacoste.com<
>www.julielardrot.com<
>www.romainmoretto.fr<
>www.emmaperrochon.com<
>www.anneliseragno.fr<
>www.elodieregnier.blogspot.fr<

>Télécharger le communiqué de presse<

Photographies:
© Les Ateliers Vortex, 2013

L’APLOMB DES OMBRES

28 septembre —
13 octobre 2013

L’APLOMB DES OMBRES

Exposition
28 septembre — 13 octobre 2013

> Élisa Pône <

Née en 1979,
vit et travaille à Paris.

Diplômée de l’École Nationale Supérieure d’Art de Cergy en 2005 après des études d’histoire de l’art, Élisa Pône fonde en 2009 avec l’artiste Laëtitia Badaut Haussmann et le réalisateur Damien Oliveres la société de production Dirty Business of Dreams

«Dans sa pratique Élisa Pône fait appel à la pyrotechnie, aux films, images, dessins ou installations et interroge la notion de durée. Celle-ci est à dessein étirée ou fugace, quête d’un instant cristallisé, parfois déchu, elle évoque les disjonctions temporelles de notre contemporanéité. Élisa Pône nous confronte dans ses œuvres à notre position face au temps et à la fugacité de l’événement. De la palpitation à l’expérience de la durée, l’artiste brouille les pistes et propose les gestes d’une œuvre aux occurrences multiples.» (Guillaume Hervier-Lanot)

Dans le cadre de cette exposition, Les Ateliers Vortex ont invité l’artiste a produire la série de sculptures Chromocombustibles et à l’accompagner dans ses recherches sur la couleur et la combustion. Élisa Pône a pu ainsi par la suite présenter ces pièces issues lors d’une exposition personnelle à la galerie Michel Rein à Bruxelles. Ce travail a également été présenté lors de la FIAC 2014 au Grand Palais à Paris.

>www.elisapone.blogspot.fr<

Élisa Pône dans cette nouvelle exposition convie l’évanescence de la fumée et la perception de la couleur à se confondre. La couleur ne brûle pas, pièce co-réalisée avec Stéphane Thidet, en posait le postulat lors de sa dernière exposition, Le Goût Du Mercure, à la galerie Michel Rein. En effet elle ne brûle pas mais se diffuse par intensité de longueurs d’ondes, en d’autres termes par fréquence. Ainsi les dessins Chromocombustibles émanent et tirent profit du spectre chromatique de la lumière blanche diffractée par un prisme. Ces dessins mêlent l’encre, les résidus d’expériences et le collage; ils figent la fugacité du fumigène, de la couleur et relatent l’empreinte d’une énergie consumée.

La pyrotechnie est rattachée à l’histoire militaire, et le fumigène ne déroge pas à la règle. L’écran de fumée est une tactique employée dans le but de masquer une position lors d’un affrontement ou de disperser les foules lors de manifestation. Élisa Pône, à cet emploi militaire, préfère lâcher la proie pour l’ombre et dévoiler ses observations. Ainsi les modules présents dans l’exposition sont tels des tables d’expérimentations où les résultantes colorées y sont cristallisées. Un spectre pyrotechnique en suspension dont nous n’observons que les excédents diaphanes dans de petits cloisonnements aux parois de verre asymétriques. Ses nouvelles pièces sont empreintes des recherches d’artistes, de mystiques et de scientifiques qui de Robert Fludd à Hilma af Klint en croisant Johann Wofgang von Goethe et Joseph von Fraunhofer, convoquent les appréhensions et théories divergentes suscitées par le spectre chromatique, un espace à dessein élargi par l’artiste, à mi-chemin entre subjectivité et objectivité qui lui octroie une liberté d’exécution.

Que reste-t-il d’une étincelle, d’une traînée de poudre consumée, de cette évanescence? À cette question le film présent dans l’exposition tente d’en donner une digression. Succession de plans séquences d’où les lignes abstraites et géométriques amorcées par systèmes pyrotechniques tendent à en livrer une résolution et où la captation impose un processus d’effacement, l’inscription d’une trace. Ce processus filmique apparaît comme l’évolution d’une installation précédente, À égale distance du présent, où Élisa Pône traçait la fragilité de l’instant et dans laquelle mèches noires et pans de verre, deux matériaux distincts, se frôlaient dans une étrange porosité.

Dans ses pièces, Élisa Pône capte l’événement, le mouvement, par des dispositifs adressant l’impact minimal et résiduel de l’effet spectaculaire pyrotechnique. Ainsi dans cette exposition, l’ombre des fumigènes colorés ondoie tout en équilibre opalescent et réfute leurs apparitions.

— Guillaume Hervier-Lanot

>Télécharger le communiqué de presse<

Photographies:
© Cécilia Philippe, 2013