PRIX IMPRESSION PHOTOGRAPHIQUE III

9 février 2018 —
20 mai 2018

PRIX IMPRESSION
PHOTOGRAPHIQUE III

Exposition hors les murs
Musée Nicéphore Niépce – Châlon/Saône
9 février 2018 — 20 mai 2018

> Lyse Fournier <

Vit et travaille à Bordeaux.

Dans la même logique que le dispositif de production de multiples d’artistes, Les Ateliers Vortex ont proposé pour la troisième fois une bourse de production photographique destinée à soutenir la jeune création contemporaine.

Cette démarche, soutenue par la Région Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre de sa politique de soutien aux arts plastiques, porte un regard particulièrement attentif sur la valorisation de jeunes artistes et plus particulièrement en matière de création photographique contemporaine.

Suite à un appel à projet, l’artiste lauréate Lyse Fournier a reçu une bourse de production dotée par le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté lui permettant de réaliser son installation photographique.

Le prix a été remis lors de l’exposition «Le chic français, Images de femmes 1900-1950» au musée Nicéphore Niépce de Châlon/Saône en février 2018.

> Lyse Fournier <

“J’utilise l’image pour ce qu’elle est. Je m’intéresse à certains détails de paysages, un rocher, de l’eau… Ils deviennent alors presque abstraits. Selon une logique singulière, je collecte, je pioche, je prélève des morceaux, les répète, les recompose, les superpose par association d’idées. Je construis des hybrides, des paysages hasardeux et poétiques. Des zones inexplorées que je donne à découvrir au spectateur. Les motifs sont récurrents, je me répète en série toujours différemment. Les images sont bricolées, parfois précaires.”

Lyse Fournier

Photographies :
© Lyse Fournier, 2018

AU CIDRE ET À L’OBERLIN

2 juin – 15 septembre 2017

AU CIDRE ET À L’OBERLIN

Exposition hors les murs
Château de Châteauneuf-en-Auxois
2 juin – 15 septembre 2017

> Aurélie Ferruel <
>Florentine Guédon<

Pour la quatrième année consécutive, le Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté donne carte blanche aux Ateliers Vortex pour l’exposition estivale au château de Châteauneuf.
Pour l’édition 2017, les Ateliers Vortex ont souhaité présenter le travail d’Aurélie Ferruel et Florentine Guédon.

Photographies:
©lesateliersvortex, 2017

PRIX IMPRESSION PHOTOGRAPHIQUE II

15 octobre 2016 —
14 janvier 2017

PRIX IMPRESSION
PHOTOGRAPHIQUE II

Exposition hors les murs
Musée Nicéphore Niépce – Châlon/Saône
15 octobre 2016 — 14 janvier 2017

> Mathilde Geldhof <

Née en 1987,
vit et travaille à Paris.

Dans la même logique que le dispositif de production de multiples d’artistes, Les Ateliers Vortex ont proposé pour la deuxième fois une bourse de production photographique destinée à soutenir la jeune création contemporaine.

Cette démarche, soutenue par la Région Bourgogne-Franche-Comté dans le cadre de sa politique de soutien aux arts plastiques, porte un regard particulièrement attentif sur la valorisation de jeunes artistes et plus particulièrement en matière de création photographique contemporaine.

Suite à un appel à projet, l’artiste lauréate Mathilde Geldhof a reçu une bourse de production dotée par le conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté lui permettant de réaliser son retable avec tirage photographique.

Le prix a été remis lors de l’exposition de la photographie au musée Nicéphore Niépce de Châlon/Saône en octobre 2016.

> Mathilde Geldhof <

Le cadre de l’appareil photo agit comme un filtre qui sonde l’ordinaire à la recherche de ses légendes.
L’observation du quotidien fonde mon interrogation sur le degré de réalité qui réside dans l’image photographique. La dimension fictive s’insère dans mes images, comme une réponse à l’impossible impartialité de la photographie. Elle se développe au gré de résonances picturales, ou de déplacements de l’objet photographique au sein de structures évoquant livres, retables ou décors, comme autant de moyens de brouiller les pistes entre reportage et fiction.
Luisa se veut être autant une fable estivale qu’un récit métaphorique. L’idée de la pièce est née d’une série de photographies réalisées au Portugal durant l’été 2015. Elle reprend, dans une forme épurée, la construction d’un retable. Mettre cette forme en rapport avec des scènes tirées de l’ordinaire tend à déstabiliser ces deux registres : d’une part à arracher ces sujets à leur apparente trivialité, et d’autre part à investir la tradition narrative d’une nouvelle actualité.

Mathilde Geldhof

Photographies:
© Mathilde Geldhof, 2016

MIRAGE & TORRENT

6 juillet —
5 septembre 2016

Mirage & torrent

Exposition hors les murs
Château de Châteauneuf-en-Auxois
6 juillet — 5 septembre 2016

> Aurore-Caroline Marty <
>Hugo Schüwer-Boss<

Pour la troisième année consecutive, le Conseil Régional Bourgogne-Franche-Comté donne carte blanche aux Ateliers Vortex pour l’exposition estivale au château de Chateauneuf.
Pour l’édition 2016, les Ateliers Vortex ont souhaité faire dialoguer le travail de deux artistes Aurore-Caroline Marty et Hugo Schüwer Boss.

Photographies:
© lesateliersvortex, 2016

LES CHEMINÉES DE FÉE

19 juin —
2 septembre 2015

LES CHEMINÉES
DE FÉE

Exposition hors les murs
Château de Châteauneuf-en-Auxois
19 juin — 2 septembre 2015

> Cécile Maulini <

Née en 1977,
vit et travaille à Dijon.

Pour cette deuxième année de partenariat avec le château de Châteauneuf-en-Auxois et sur l’invitation du Conseil Régional de Bourgogne, le château est devenu un écrin idéal pour le travail de l’artiste Cécile Maulini. Les visiteurs ont ainsi pu découvrir les peintures, collages et sculptures de l’artiste confrontés au patrimoine historique. Le travail de Cécile Maulini avait été présenté aux Ateliers Vortex en Octobre 2014 lors d’une exposition monographique, Les hortensias se décident pour le bleu.

Photographies:
© Claire Jachymaik, 2015

PRIX IMPRESSION PHOTOGRAPHIQUE

17 avril —
18 mai 2015

PRIX IMPRESSION
PHOTOGRAPHIQUE

Expositon hors les murs
Boutique du FRAC les Bains du Nord
17 avril — 18 mai 2015

> Charlotte El Moussaed <

Née en 1987,
vit et travaille à Paris.

Dans la même logique que le dispositif de production de multiples d’artistes récemment mis en place, Les Ateliers Vortex ont proposé cette année une bourse de production photographique destinée à soutenir la jeune création contemporaine.

Cette démarche, soutenue par la Région Bourgogne dans le cadre de sa politique de soutien aux arts plastiques, porte un regard particulièrement attentif sur la valorisation de jeunes artistes et plus particulièrement en matière de création photographique contemporaine.

Suite à un appel à projet, l’artiste lauréate Charlotte El Moussaed a reçu une bourse de production dotée par le conseil régional de Bourgogne lui permettant de réaliser deux tirages photographiques (un exemplaire d’artiste numéroté et signé et un exemplaire d’exposition pour Les Ateliers Vortex destiné à une présentation et diffusion).

Le prix a été remis lors de l’exposition de la photographie à la boutique des Bains du Nord au FRAC Bourgogne à Dijon au mois d’avril.

> www.charlotteelmoussaed.com <

La pratique photographique de Charlotte El Moussaed est scandée par un petit nombre de sujets qu’elle explore de manière quasi-obsessionnelle, se rangeant en cela à l’avis de l’Umberto Eco des Confessions d’un jeune romancier, qui soulignait la vertu de la «définition par liste de propriétés contre la définition par essence». De la sérialité érigée en système à la conclusion qu’il s’agirait là d’une tentative de ressaisir les apparences fluctuantes des choses et des êtres dont elle fait le portrait, il n’y a qu’un pas; un pas qu’il faut bien se garder de franchir. Car les relevés qu’elle dresse sont loin d’être linéaires: chez Charlotte El Moussaed, le relativisme est exclu; tout ne se vaut pas, et c’est précisément ce qu’il importe de donner à voir. L’irruption de la couleur traitée en aplats, l’objet qui fait retour par l’attention portée au socle ou encore la hiérarchisation des images par la mise en relief de certaines parties au moyen du châssis creusent l’écart avec l’esthétique deadpan de l’école de Düsseldorf dont on retrouve certains échos formels. 
Centrale à son travail, la série Totem et tabou, présentée lors de son diplôme et qu’elle continue à augmenter aujourd’hui, précise la conception élargie du portrait qui est la sienne: à la manière de clichés d’acteurs sur fond d’incrustation sont photographiés divers objets du quotidien, qui se détachent sur un paysage projeté provenant de diapositives glanées au hasard des marchés aux puces. Une manière d’en appeler autant à l’interprétation associative libre que d’animer ces objets, loin d’être «sans qualité [1]» d’une énergie mythique: totémique, résolument.

— Ingrid Luquet-Gad

[1]
Robert Musil,
L’Homme sans qualités,
1930-1932

Photographies:
© Charlotte El Moussaed, 2015